Vous trouverez sur cette page les observations, remarques, trouvailles que les membres de la CLDR de Dinant ont échangées entre eux depuis mars 2011.

Les messages sont classés par thématiques (= "libellés", voir la liste au bas de la colonne de droite). Vous pouvez sélectionner les messages correspondant à un libellé spécifique par un simple clic sur le libellé visé.

Des documents sont également disponibles en téléchargement (voir la colonne de droite: autres pages de blog).

Sur le site du PCDR de la ville de Dinant, vous pouvez trouver des informations sur les fiches projet, sur le diagnostic du PCDR, ainsi que sur son élaboration.

mercredi 12 mars 2014

Financement wallon pour la propreté

Il y a une Semaine de l’arbre en Wallonie, alors pourquoi pas une Semaine de la propreté publique?

Le ministre en charge des Pouvoirs locaux a donc décidé de soutenir les opérations de propreté qui seront développées par les intercommunales de gestion des déchets wallonnes. Le budget débloqué est évidemment loin de suffire pour nettoyer tous les espaces publics des dépôts sauvages et les rues wallonnes des canettes et autres papiers gras qui les jonchent trop souvent. Mais les 525 000€ prévus (75 000€ pour chacune des 7 intercommunales), doivent servir d’impulsion à un mouvement fédérateur wallon sur le thème «pas de quartier pour les déchets», estime le ministre wallon des Pouvoirs locaux.

L’intercommunale de gestion des déchets Ipalle (en Wallonie picarde et en sud Hainaut) servira de poisson-pilote aux sept autres qui ont toutes ont déjà marqué leur intérêt pour le projet.

Un projet à suivre de près pour Dinant où les consultations villageoises du PCDR - Agenda 21 local ont identifié le problème des déchets sauvages comme préoccupant, nuisible pour les habitants comme pour le tourisme vert que l'on veut développer.

On estime qu’en moyenne, dans chaque commune wallonne, 3 à 5% des habitants sont des inciviques de la propreté. Entendez par là qu’ils balancent leurs poubelles dans le cours d’eau le plus proche, dans les champs ou en bordure de route.

Une double aberration puisque, d’une part, chaque Wallon paie une taxe-socle pour la gestion des déchets et que celle-ci couvre déjà un certain nombre de levées de poubelles. D’autre part, une amende pour dépôt clandestin équivaut à plusieurs années de paiement de cette taxe. Une prise de risque qui n’est donc pas «rentable».
D’autant plus qu’au final, ce sont tous les Wallons qui paient pour les quelques milliers de «malpropres».
Le coût vérité de la collecte et du traitement des déchets implique en effet que la gestion des déchets sauvages – plus coûteuse – soit incluse dans la taxe que tous paient.
Être propre ferait donc baisser la facture poubelle de tout le monde? Sans aucun doute.

Source: Vers L'Avenir
Enregistrer un commentaire